Un jeune chevalier vit dans son fief et enchaîne les quêtes, les banquets et les réunions à une vitesse effrénée.
Pas une minute à lui ! Il est à peine levé que déjà le clairon est sonné, le livre des quêtes consulté, et son armure à peine équi- pée, il part accomplir les prouesses et obligations que lui réclame la page large et dorée de la journée. 

 

 

Lundi : il doit tuer le terrible dragon à 12 cornes.

Mardi : c’est le Minotaure à 2 têtes et demi qui doit être vaincu.

Mercredi : repas avec tous les chevaliers puis tournoi.

Jeudi : entraînement à l’épée et à la lance.

Vendredi : le vilain et méchant hydre à trois pattes doit par l’épée succomber.
Samedi : c’est le jour du sauvetage de la prin- cesse aux cheveux marrons clairs.

Dimanche : la semaine se clôture sur la fameuse chasse au lièvre dont les prises sont toujours distribuées aux paysans du village. 

 

 

Les semaines s’enchaînent, les mois et donc les quêtes jusqu’à ce qu’un matin notre chevalier se réveille et n’entende pas le clairon...

Pas un bruit, Personne dans le château, pas même un serviteur pour l’aider à s’équiper de son armure. RIEN n’est écrit dans le livre des quêtes ! 

 

 

Notre chevalier en pyjama et en chaussons arpente le château, puis le village qu’il trouve désert.

Il court trouver le livre des quêtes, le feuillette et découvre qu’avant ses 20 ans RIEN n’a été écrit.

Absolument RIEN.
Il cherche dans sa mémoire ce que le livre aurait bien pu oublier mais aucun souvenir ne lui vient.

 

 

 

Lentement il prend conscience qu’il n’est qu’un personnage sans famille, sans naissance véritable et surtout sans avenir.
N’ayant désormais plus de quêtes inscrites sur son livre c’est une plus vaste et plus difficile qui commence pour lui.

Pour la première fois de sa vie il part pour une quête qui n’est pas écrite, il part à la recherche de son créateur afin de décou- vrir ce qu’il est et ce qu’il doit faire.

 

 

 

Ce conte nous raconte avec humour et dérision que la quête de soi s’oppose parfois aux obligations qui ne sont pas toujours les nôtres et qui bien que plus faciles, nous éloignent terriblement de ce que nous sommes. La vraie quête n’est pas écrite par les autres, à nous de découvrir où elle se trouve.